L’avortement

L’incompétence serait-elle une vertu chrétienne ?

Pour ma part, même si je suis opposé à l’avortement, je reconnais le bien fondé de la la loi IVG qui, il faut sans cesse le rappeler, n’ouvre pas un droit mais dépénalise, un acte rendu nécessaire, selon une procédure stricte, pour des raisons que je n’ai pas à juger. Si des personnels qualifiés (soignants, conseillers du PF…) outrepassent le cadre de la loi en faisant de l’avortement « un droit » c’est cela qu’il faut réformer voire même sanctionner. De la même façon il ne suffit pas de vouloir abroger une loi en se fondant sur ses effets pervers encore faut-il se battre pour la mise en place des moyens de remplacement. Dans le cas présent dispose-t-on des 200 000 adoptants annuels ou des places de crêches en conséquence? Cet aspect des chose me semble particulièrement absent d’un programme chrétien.

Le monde idyllique :
Si tous les parents qui ne peuvent pas procréer, adoptaient les bébés  non désirés, l’état ne s’en occuperait pas. Donc, il n’y aurait plus d’IVG, PMA, etc…

Espace psychique