Electronique

L’essor de l’électronique numérique
Le 15 novembre 1971, l’Intel 4004, le tout premier microprocesseur était lancé sur le marché pour équiper des calculatrices de bureau Busicom.

Si on compare ce CPU 4 bits cadencé à 740 kHz à ceux de nos machines actuelles avec le procédé de fabrication du 4004 (10 µm), il aurait fallu une pièce de 21 m² pour faire tenir le dernier processeur Core. Doté de seulement 2 300 transistors, il est à la base de toute l’informatique moderne, en ouvrant la voie à la miniaturisation des ordinateurs…

Dès 1972, Intel lance une puce 8 bits bien plus puissante que le 4004, le 8008. Mais c’est surtout le successeur de ce dernier, le 8080, qui inaugure le règne du microprocesseur, car il sera rapidement intégré à de nombreux ordinateurs, dont l’Altair 8800, le premier micro-ordinateur.

Un cap est franchi dans les années 1980 avec les microprocesseurs
de la famille x86 qui vont équiper les ordinateurs PC pendant des décennies. Les microprocesseurs se fabriquent en série dans des salles blanches à partir de plaque tranchées dans d’énormes cylindres de silicium. Des puces qui révolutionnent notre quotidien. Outre nos ordinateurs, elles ont envahi nos appareils audio-vidéo, nos équipements électroménagers, nos avions et même nos voitures.

Il y a deux types d’architectures pour les microprocesseurs et microcontrôleurs actuels.

  • De nombreux microprocesseurs (ordinateurs) utilisent l’architecture Von Neumann qui a l’inconvénient de ralentir le temps d’exécution d’un programme.
  • Les microcontrôleurs (tablettes, smartphones, nano-ordinateurs) utilisent l’architecture Havard  (RISC) qui a l’avantage d’exécuter un programme plus rapidement et de plus, ces circuits ont la particularité de moins chauffer. Par rapport au microprocesseur, le microcontrôleur possède tous les périphériques intégrés pour son fonctionnement, il a donc besoin d’aucun circuit supplémentaire.

Ces composants fonctionnent avec des codes binaires qui sont générés par des compilateurs utilisant des langages de programmation comme le C, C++, python, java, etc…
Exemple de code opérationnel qui gère le temps avec précision en utilisant les interruptions : timebase.h et timebase.c

Langage serveur internet : HTML, CGI, PHP

Montages à base de circuits numériques
Deux microcontrôleurs PIC du fabricant Microchip sont utilisés dans les applications DIY pour ondes électromagnétiques: le PIC32MX250F128B  (32 bits) & le PIC18F26K22 (8/16 bits).

Le PIC32MX250F128B doté du bootloader (programme) pour le driver stk500v2 est compatible avec la marque GENUINO/ARDUINO (la carte Arduino Uno).
Le programme d’amorçage ou bootloader permet au circuit intégré de communiquer avec un PC à l’aide d’une connexion USB afin de charger, exécuter et tester le programme principal.

L’ordinateur quantique
L’intelligence d’analyses…

 


En construction…

Espace psychique